Accueil > Découvrir > Expositions en ligne > Les maçons de la Creuse

Découvrir

Les maçons de la Creuse

exposition maçons de la Creuse

Voir l'exposition en ligne

 

Le XIXème siècle voit émerger une toute nouvelle conception de la ville et de son architecture. De nombreux chantiers se développent afin de moderniser et de restructurer l’espace urbain comme à Paris ou à Lyon. Ces transformations prennent leur plein essor au cours de la seconde moitié du XIXème, dans un premier temps sous l’impulsion du Préfet de la Seine Rambuteau mais surtout pendant le Second Empire, sous la direction du baron Haussmann. Ces grands travaux vont requérir alors une importante main-d’œuvre issue principalement des provinces parmi lesquelles : la Creuse.

Depuis des siècles le département, et plus largement le Limousin, offre à tous ces chantiers une force vive et un savoir faire reconnu. Les maçons de la Creuse ont préféré quitter une terre qui ne leur permettait pas de vivre décemment pour se rendre là où se trouvaient le travail et les perspectives d’un meilleur salaire.

Ces hommes font partie de notre patrimoine commun. Ils incarnent une identité creusoise réputée dans toute la France : celle des grands bâtisseurs véhiculant des valeurs de courage, d’opiniâtreté et de travail acharné. Il faut souligner également qu’ils ont influencé et initié en Creuse l’alphabétisation ou les grands courants sociaux contestataires.

 

L’exposition présente les grandes thématiques liées aux maçons de la Creuse au XIXème siècle. Elle a pour objectif de répondre à ces questions : pourquoi tant de Creusois ont-ils quitté leur terre, comment travaillaient-ils, dans quelles conditions vivaient-ils et bien sûr quelles ont été les conséquences de ces migrations ?

Les Archives départementales de la Creuse se proposent donc de faire découvrir la vie de ces hommes qui ont fait le choix de migrer temporairement vers Paris jusque dans les années 1880 date à laquelle l’émigration définitive prend le relais. Martin Nadaud, dont le fonds (11J) a été confié aux Archives départementales en 1981 par son arrière-arrière petite fille Adrienne Tourniol, en sera le guide.